Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /homez.462/woburnre/www/wp-includes/widgets.php on line 76
Woburn Residence » Coups de coeur, expériences et découvertes dans les rues de Paris et de Londres.
London BrancheParis Branche
What the fuck que c'est ?
  • Down to les Archives

  • Drop us a mail There's no place comme l'accueil

    London Branche Viva Forever, the Musical – Piccadilly Theatre – London

    When the Paris Branche visits the London Branche
    (forgive my English, and don’t hesitate in correcting what needs to)

    I’ve never been a big fan of the Spice Girls, but I’ve always liked them. I even went to their big return tour at the O2 Arena in 2008. So when I heard of this musical, I was intrigued, even more when I knew Jennifer Saunders was to write it. So I went. I wasn’t aware of all the press bashing before going, I never read reviews before. I was just a bit surprised to get day ticket at 1pm when they’re available since 10am, try to do that with Wicked :p But it was a weekday in the middle of the school holidays, no big deal. So here I am at 7.30pm waiting for the show to start, knowing nothing about it, just hoping for a a good feel-good show. And it’s what I had ! Except for a few things though.

    Let’s be honest, it’s not a good show, not as good as it could have been. Act 1 is  very good : funny, witty, dynamic, the story is well planted, I was hooked. Especially because of one character : Simone (Sally Dexter). Along with another character, Suzi (Lucy Montgomery, hilarious), they’re the pillars of the show. When Simone first entered the stage, I knew I was lost and had a new massive artistic crush. The thing is, Jennifer Saunders wrote a character especially for me ! She doesn’t know but she will now, because of course she’ll read this entry :p I have a soft spot for mature powerful diva bitches wearing leather and pumps and Simone is a mix between Irina Derevko (Alias), Pam Swynford de Beaufort (True Blood) and Maleficent (Sleeping Beauty), some of my favourite fiction characters. And when Simone is to wear a Maleficent-style gown after a great rendition of « Look at Me », that was the end of me, I’ll never be totally objective about this show.

    But let’s back to the beginning and know that from now on you’re on a :

    **** SPOILERS ALERT**** !! « Viva Forever » tells the story of a band of 4 girls, 4 besties 4evah, Viva and her friends who participates in a tv reality show « Starmaker ». Any ressemblance with a very well known tvshow is completely on purpose :) The girls are chosen after the first auditions, the opening of the show, on « Wannabe ». All Act 1 is a critique of this kind of tv realities, we see the mysteries of the making, with judges fighting, the importance of the ratings and how at the end only making money is the point of it. It’s the part I was most interested in because 1/Simone is very present, with great numbers on « Denying », « Look at Me » and « Do It » 2/I never really believed in Viva and her friends, I was not interested in their story, which is a shame since the show is their story ! Maybe Jennifer Saunders is more at ease with writing adult characters than teenagers.

    When we are not in the TV studios, we are at Viva’s. She lives with her mum, on a boathouse. Viva’s mum, Lauren, has 2 best friends, Suzi  and Mitch whom you can see from his first line is so in love with Lauren. All the scenes on the boathouse are meant to be a counterpoint to the cynical world of tv reality, where you have friends and love from your family, where  life is simple, where friendship is stronger than anything and where you get a tattoo to prove it. Whereas in the studios, we’re at war, the judges Simone, Johnny and Karen are fighting, Johnny trying to get rid of Simone (ah ex lovers…). Karen doesn’t really count, she’s the dumb judge, the young singer who’s famous only because she’s a product and doesn’t really care about it (or doesn’t really realise, your choice). To get Simone mad, Johnny convinces the staff to give her the girl group, ie our 4 girls, whose band’s called Eternity. The girls get mentored by Simone,  it’s time for the prime, the one that will send the winning band at the « Academy ».  Eternity sings « Stop » in a sixties scenery and glowing gowns (kind of blinding glittering gowns) and the judges have to give their vote… Simone would like to see them lose but Johnny wants to make them win, so they get his vote and Karen’s vote. Simone’s quite pissed off so she takes her Maleficent voice and announces that yes, Eternity is good but she won’t send them to success, she will send only one of her ! And she choses Viva. To help her in her decision, Simone sings « Do It » in a gospel way, for me it was in a Maleficent way, trying to turn the innocent girl in a traitor to her friends.

    Viva accepts and here comes the clash between the friends illustrated by « Say You’ll Be There ». The one mistake in this perfect Act 1 so far. It was poorly rendered, the scenography was confusing and nothing was really convincing. The girls go their separated ways and Viva goes back to the boathouse. Her mother supports and encourages her, it’s the big seperation and the time for the mashup « Goodbye My Friend/Mama ». It was a nice moment, could have been better if Viva were played by a better actress. Well, she’s not bad, she’s got a nice voice but I really really didn’t believe in her during the whole show. At the end of this mashup, a 3rd voice is added, it’s Simone singing « Headlines ». I loved this moment because I had a theory all along the Act : we learn that Viva is adopted, Lauren’s not her real mother and this idea immediatly popped into my head : Simone’s her mother ! So when her voice is added to the goodbye scene I thought it was really good because Viva was leaving the nest to be mentored by another woman who would be a mother figure and if she were her real mum that could be awesome !

    Act 2 starts with Viva and Simone, and the preparation staff. Simone gets her assistant Hinty to find a weakness in Viva, to feed the tabloid magazines, because being nice with a bit of talent is not enough to win. I liked this scene very much because Viva and Simone bonded and I still had this idea they could be mother and daughter. Viva resists and « Who Do You Think You Are » starts, sung by Simone. Who is interrupted by Johnny who ends up by humiliating her in front of Viva. She doesn’t understand why Simone accepts this bad treatment and this when Simone finally gets something from Viva, begging her to be with her in this competition, to give her something to throw to the hyenas outside the doors. Viva confesses she’s adopted. Simone seems very interested but acts like it was nothing. The next day Viva is on the cover of all the magazines, her confession in big letters. It’s hunted by the papparazzis that we follow Viva to Spain, where the team is going to get her ready for the primes. And this is when the show turns bad.

    The introduction to Spain is such an embarrassment. I couldn’t believe what  I was seeing; Viva arrives in Spain on « Spice up Your Life » and she’s taken into the thrill of the country except all the clichés and caricatures are summed up in this scene : the silhouette of a bull in the back of the stage, dancers with false flamenco suits, a priest (!), giant puppets, coconut trees, and the choregraphy seemed amateur… What I hated there, was not the cheap show, but it was the Ab Fab writing taking all the place : I was okay with a Suzi/Patsy Stone, I was okay with a Minty/Bubbles, but this, this is forbidden in a show like that. I love Ab Fab and I laughed my ar** off in front of the episodes in France and Morroco, but it was Ab Fab, not Viva Forever, it was really misplaced here.  And for me, from here the show lost its quality, its wit and its coherence. There is this hysterical moment when Simone wants to surprise Viva but above all to upscale the ratings by annoucing in front of the cameras that she found Viva’s real mother. It’s long, and hysterical and weak. I hoped Simone would be Viva’s mother especially because of all the hints put there to make me think so when Hinty insists on the existence of Simone’s children in Act 1. Alas ! No big revelation, Simone’s not Viva’s mother and there’s no real mother to show, it was all a manipulation to get better ratings. Viva leaves the show after that, not caring about Starmaker anymore, Simone doesn’t know what to do, Lauren and Mitch get together, a very very funny scene on « 2 become 1″, the highlight of this poor Act 2 ans Johnny gets Simone to talk to Viva, to make her come back in the show, at her conditions, whatever they are. It’s a good scene between those two. Everybody gets back to London, Viva gets her friends back, they sing together for Starmaker yadda yadda yadda… I must admit  I was not in the show anymore because the quality got so much down ! No more continuity with the story, no real conclusion to all the storylines, the characters are left in stand-by.  Of course the Spice Girls hits did their job, I sang, I danced, but something was missing… *****/SPOILERS ALERT****

    This is the longest entry in history about a show not that good ! But it had its moment, I wasn’t expected a masterpiece but I could have done with a well-handed script and situations in control. Jennifer Saunders almost did it, too bad she got lazy in the second Act. Lazy or too enthusiastic maybe. I can’t forgive the Spain Fiesta though, that was really really bad.

    Even though the show has its weaknesses, I don’t understand the press bashing it received. Well, I know the show was rewritten a few weeks after the premiere, and it seems quite a few things have been changed. So why the press didn’t go back and see by themselves what had changed and maybe tempered their reviews ? (maybe because after the premiere they would have to pay to get their seats ?).

    Also, I find the communication strategy quite bad managed : we still get the old programmes with the list of songs from the 1st script, some of them have disappeared (« I Turn To You », I would have loved to see Sally Dexter sings this one, I don’t care if it was confusing in the story), the end has changed too, and I think the photos in the programme are from the 1st end. I know this costs money, but it all seems a bit amateur, like not taken very seriously. The videos on the Youtube chain are always the same, the facebook page is always repeating the same things,  I cant’ find other interviews of J.Saunders or Judy Craymer than the ones in the programmes. And the cast never goes on television for interviews or just singing a song from the show. I know they work 6 nights a week plus matinees, but you can’t find anything on the net other than the official stuff. It’s frustrating !

    So, as I didn’t find what I wanted to feed my obsession, I went a second time; maybe that’s the strategy, forcing people going several times :p (well in my case it’s not going to give them money as a power cut occured during the Saturday matinee, and I think we get a refund, I have to call ATG back)  Anyways, I hope a cast recording will be released, I will be the first to buy it ! (And if I go back to London before Feb 2014, I may even see it again ;) )

    Paris Branche Hors-série #3 – un tag ?!!

    (si ça continue ce blog ne vivra plus que des Hors-séries…)

    Filipa : challenge accepted !

    « Poster les règles sur le blog ✔
    Répondre aux 11 questions ✔
    Inventer 11 nouvelles questions ✔
    Partager le tag avec 11 personnes en mettant un lien vers leurs blogs et leur annoncer la  nouvelle ! ✔ »

    1. Quand vous partez en voyage : sac à dos ou valise ?

    Ça dépend. Pour quelques jours à Londres, c’est plutôt le sac à dos, pour quelques jours ailleurs, c’est la valise.

    2. Pyjama ou chemise de nuit ?

    On va faire la réponse tout public : pyjama :)

    3. On a tous un auteur qu’on aime, mais quel est celui que vous ne lirez jamais?:

    Marc Lévy. Ses titres niais et répétitifs, ses couvertures plates, rien ne m’attire chez cet auteur, je ne sais même pas de quoi il parle dans ses livres, mais il est trop prolifique pour être honnête à mes yeux. Quand je vois une couverture, j’ai toujours l’impression de voir le même livre.

    4. Twitter ou Facebook :

    Facebook. Je ne sais toujours pas comment utiliser Twitter, ni pourquoi. De plus, je n’ai pas de smartphone et Twitter est vraiment l’outil smartphone par excellence, l’outil de l’instantané par essence; c’est l’outil de la réactivité qui ne s’utilise pas devant son pc fixe.

    5. Quelle est votre princesse Disney préférée ? Et puis votre Prince aussi, tant qu’à faire ? (parce qu’on peut aimer une Princesse et préférer un autre prince)(moi par exemple, j’aime Belle, mais mon Prince c’est Phillip, pas la Bête !)

    Euh… Maléfice et Scar ? On me dit dans l’oreillette que ce ne sont pas des princesses et princes alors euh.. Aurore et O’Malley ? ;)

    6. Votre plus grande peur dans la vie ?

    La bêtise humaine.

    7. Votre portable : greffé à la main ou perdu au fond du sac ?

    Toujours près de moi, mais pas greffé (je rappelle que ce n’est pas un smartphone, je peux ne pas être dans la même pièce que mon téléphone sans faire une crise d’angoisse).

    8. Vous me conseillez quelle destination pour les ponts du mois de mai ?

    Barcelone ! Parce que. :)

    9. On change bientôt d’heure : vous êtes du genre à y penser ou à arriver en retard/en avance le lendemain ?

    Oh j’y pense, tout le temps. Je suis bien obligée, la plupart du temps je travaille le lendemain, je ne peux pas ne pas arriver à l’heure !

    10. Combien coûte un litre de lait ?

    Aucune idée, je ne bois pas de lait.

    embedded by Embedded Video

    YouTube Direkt

    11. Pourquoi vous bloguez ?

    Je ne sais pas ! Ce blog est le résultat d’une envie avec un ami de faire partager nos villes respectives à travers nos expériences personnelles de ces villes et aussi juste d’écrire. J’ai bien peur malheureusement de ne pas être très douée pour cet exercice qu’est la tenue d’un blog…

    Et voici les 11 meilleures questions du monde ! :

    1. Quel est ton monument parisien préféré ?

    2. Quel est ton quartier de Paris préféré ?

    3. Quel est ton cinéma parisien préféré ?

    4. Quel est ton film tourné à Paris préféré ?

    5. Pour boire un verre, tu es plutôt Bastille ou St -Germain ?

    6. Et Disneyland Paris Resort, pour ou contre ?

    7. Paris-Plage, tu fuis ou tu adores ?

    8. As-tu déjà réussi à visiter le palais de l’Elysée pendant les Journées du Patrimoine ?

    9. Le métro (pas le RER) est-il ton ami ?

    10. As-tu déjà fait la queue genre 10h devant Bercy pour être bien placé(e) dans la fosse ?

    11. Es-tu déjà allé(e) au Musée du quai Branly ?

    Et pour répondre à ces merveilleuses questions, j’appelle Foley , KRISSBlythe, je tente Tink again, coxetclem et le pinguouin et pis c’est tout !

    Paris Branche Hors-série #2 Festival du Film Fantastique de Gerardmer

    Pour la 1ère fois de ma vie, je suis allée à un festival de cinéma. Ouvert aussi bien aux professionnels qu’au public, le festival de Gerardmer présente pendant 5 jours des films de genre qui ont souvent mauvaise presse en France : les films fantastiques. Le mot « fantastique » englobe bien plus de choses que la série B à fort taux d’hémoglobine ou que le film où le surnaturel est présent à tous les coins de porte. Le fantastique c’est aussi les films de l’étrange, l’horreur psychologique qui tient le spectateur angoissé, la science-fiction d’anticipation sans vaisseau spatial. En bref, Ce n’est pas juste les slashers et les films de fantômes :) .

    J’ai explosé ma moyenne de films pour l’année en ayant vu 19 films en 5 jours ! Certains ne verront jamais l’ombre d’une salle obscure, d’autres vont sortir ou sont déjà sortis, d’autres encore sortent directement en video.

    Faire un festival, c’est une expérience unique : j’étais dans ma petite bulle de films, accrochée à mon programme que je compulsais 30 fois par jour pour savoir quel film voir, dans quelle salle, comment m’organiser avec mes camarades de jeu, qui allait voir quoi avec qui, où se retrouver etc. C’était bien :) .

    On a fait la queue des heures sous la pluie avec ma copine N., nous étions les seules sans accréditation, nous les manantes au pass dit « festival » et donc payant, mais on s’en est très bien sorties quand même car nous n’avons raté aucune des séances que nous voulions voir; la politique de remplissage étant « 1ers arrivés 1ers servis, les accréditations sont prioritaires », il fallait vraiment s’organiser ! Nous avons même eu de la chance pour la cérémonie d’ouverture qui n’était accessible que sur invitations : alors que nous étions dehors sous une pluie battante, trempés, une jeune femme s’est approchée de nous et nous a proposé des invitations ! « Vous êtes combien? » « Cinq »! » Et la voilà qui nous donne les 5 papiers magiques qui nous on fait remonter la file, un sourire goguenard aux lèvres ! Je la remercie encore grandement pour cette opportunité, je l’ai souvent revue de loin dans la salle et j’aurais voulu l’embrasser tellement elle nous a sauvé la vie ce soir-là ! (toutes proportions gardées, bien sûr, mais nous ne pensions que films à ne pas rater et ce soir-là, c’était le nouveau film de Hideo Nakata, réalisateur de Ring et Dark Water, et il faisait partie des must-see de notre programme)

    J’ai donc vu 19 films ! Même moi je n’en reviens pas :) (en cliquant sur les liens ci-dessous, vous trouverez les critiques de mes petits camarades acrrédités et studieux qui travaillaient tous les soirs pour mettre en ligne leurs avis le plus rapidement possible :) )

    The Bay (Barry Levinson, USA, 2012)
    The Complex (Hideo Nakata, Japon, 2012)
    The Crack (Alfon so Acosta, Argentine, 2012)
    The End (Jorge Torregrossa, Espagne, 2012)
    House of Last Things (Michael Bartlett, USA, 2012)
    Mama (Andres Muschietti, Espagne, 2012)
    Remington and the curse of he Zombadings (Jade Castro, Philippines, 2012)
    Citadel (Ciaran Foy, Irlande, 2012)
    Cloud Atlas (Lana&Andy Wachowski et Tom Twyker, USA, 2012)
    The Conspiracy (Christopher MacBride, Canada, 2012)
    Dagmar, l’âme des Vikings (Roar Uthaug, Norvège, 2012)
    Dead Sushi (Noboru Iguchi, Japon, 2012)
    Grabbers (Jon Wright, Irlande, 2012)
    Henge (Hajime Ohata, Japon, 2011)
    Iron Sky (Timo Vuorensola, Finlande, 2012)
    Toad Road (Jason Banker, USA, 2012)
    Vanishing Waves (Kristina Buozyte, Lituanie, 2012)
    Room 237 (Rodney Asher, USA, 2012)
    Veneno par las hadas (Carlos Enrique Taboada, Mexique, 1984)

    Le clou pour moi a été Cloud Atlas de Lana & Andy Wachowski (Bound, Matrix, Speedracer)  et Tom Tykwer (Cours, Lola, cours). Oui, il va sortir en France, oui il était hors compétition, mais j’avais envie de voir ce film depuis que j’avais vu la bande annonce il y a quelques mois; je n’ai pas lu le livre, je ne savais pas de quoi ça parlait, mais la BA m’avait conquise. Alors le voir en avant-première, européenne je crois, c’était trop bien ! Je retiens également:  The Bay, The End, Remington, Dagmar, Dead Sushi, Grabbers, Iron Sky, Toad Road et Veneno para la hadas.

    Mais Gerardmer, ce n’est pas que le festival, nous mettions le nez dehors de temps en temps et la charmante bourgade a daigné nous montré son meilleur visage apes 3 jours de pluie intensive : la neige !

    Paris Branche Il neige sur Paris

    Paris Branche Garbage – Zénith 22 novembre 2012

    Et voilà, j’ai remis ça, après l’Olympia en mai, j’ai fait le pied de grue pendant des heures au Zénith pour revoir ma poubelle (dixit Shirley) préférée. J’ai eu plus froid, mais j’étais toujours aussi bien placée. J’ai connu la même malédiction de la fosse,  celle du bout de bois planté devant toi qui passe le concert enraciné pendant que toi tu sautilles comme en 1997 sur du Ecuador, mais c’est pas grave, parce que tu es venue voir Garbage, et Garbage est là, tout en puissance, tout en gros son, tout en Shirley. Qui nous a gratifié de quelques mots en français, et c’était charmant.

    Le gros son en revanche était moins charmant parce que le Zénith nous a rendu de la bouillie auditive, je suis sortie en ayant mal à une oreille, c’est pourtant pas mon premier (ni mon dernier) concert en fosse. Mais les 2 premières parties avaient déjà bien entamé mon endurance, il faut dire; Success est bien passé, très bien même, j’ai adhéré à fond, mais Ponie Hoax m’a achevée, je ne connaissais qu’une chanson qui passe de temps en temps sur ma radio habituelle, elle ne me déplaisait pas, mais sur scène, ces gens ont un charisme d’huitre moisie, ce fut pénible. Et ils m’ont pété les tympans, j’ai passé la moitié de leur prestation les oreilles bouchées…

    Mais je m’en fous, moi je retiens Cup of Coffee. (merci Candice, qui que tu sois, pour avoir demandé cette chanson le matin même via twitter; je ne sais pas  si tu étais là, je ne sais pas si c’était vraiment ton anniv’, mais sache que tu m’as fait ronronner)

    Setlist :

    Control
    I think I’m paranoid
    Shut your mouth
    Why do you love me
    Hammering in my head
    Queer
    Stupid Girl
    Automatic systematic habit
    #1 crush
    The one
    Special
    Blood for poppies
    Cherry lips
    Battle in me
    Cup of coffee
    Push it
    Vow
    You look so fine
    (Rappel) When I grow up
    The world is not enough
    Only happy when it rain

    Paris Branche Paris sur l’eau : Croisière sur le Canal St Martin – 2ème

    Un an et demi après ma première expérience, je suis retournée faire une croisière sur la canal St Martin, mais dans l’autre sens cette fois-ci, du Parc de la Villette vers le Musée d’Orsay. Si la balade est toujours charmante, j’ai été moins satisfaite de la prestation. Le bateau était bien plus petit, avec beaucoup moins de place sur le pont, du coup plein de gens sont restés debout et nous ont plutôt gâché la vue, la guide, bien que sympathique, était moins intéressante et surtout, surtout, je me suis retrouvée à côté du haut-parleur qui, au lieu d’être un peu en hauteur pour que le son aille jusqu’à l’avant du bateau, était à hauteur… de mes oreilles. J’ai vraiment souffert, à la fin de la  croisière, j’avais le tympan douloureux, ça ne m’était jamais arrivé. Je me suis levée régulièrement pour m’éloigner un peu des décibels, mais le but était aussi de se laisser transporter, pas de rester debout pendant 2h30. Autre défaut du bateau, il pue ! Il se dégage de son pot d’échappement (ou quelque soit le nom technique) une fumée nauséabonde qui fait tousser.

    Je ne cacherai pas ma déception, moi qui avait été tellement ravie de ma première expérience ! Je ne sais pas si le bateau est assigné à un sens, mais je ne ferai plus le trajet La Villette-Musée d’Orsay :( Ceci dit, le personnel est toujours aussi gentil, la réservation toujours aussi simple, mais le Martin-Pêcheur est beaucoup moins bien que le Canotier ! La croisière coûte 19€, ça a un peu augmenté, mais pas de grand-chose. Pour plus d’informations, rendez vous sur le site de Paris Canal

    Paris Branche Murder Party Pokanel – Qui a tué Steeve Pullman ?

    Samedi, j’ai fait une Murder Party, soit un rallye dont le but n’est pas seulement d’arriver 1er mais aussi de de résoudre l’énigme policière grâce aux indices donnés au départ et ceux glanés lors de l’enquête.

    33 questions qui nous ont fait crapahuter, ma Team et moi pendant 6h, de la rue des Archives à la rue du Temple.  Les Parisiens qui me lisent savent très bien qu’il n’y a pas 6h de marche entre ces 2 rues, mais quand il y a 33 questions entre les 2 destinations, si, il y a des heures avant de pouvoir y arriver :)

    Nous avons répondu à 30 questions, c’est un record (oui rappelez-vous notre rallye du mois de juin) et nous sommes arrivés… 2ème ! Je n’ai pas pu rester pour les résultats (je bossais tôt le lendemain) (oui, je travaille le dimanche) mais je suppose que ce qui nous a coûté la 1ère place est la non résolution de l’affaire policière, le but premier de notre périple… Mais ce n’est pas grave car j’ai passé une très bonne soirée, fous rires et bonne humeur nous ont accompagné jusqu’au bout, même quand la fatigue a commencé à se faire sentir (le Pont-Neuf, il est long passé une certaine heure). Je suis tenue au secret et je ne vous dirai donc pas qui a tué Steeve Pullman, mais sachez juste qu’il ne faut pas tuer la peau de la cruche avant la charrue car pierre qui roule en vaut bien deux tu l’auras…

    Une fois de plus nos folles heures d’amusement ont soutenu l’association Pokanel, cette fois-ci pour l’organisation d’une opération sanitaire en faveur de 1000 enfants à Madagascar.

    Paris Branche Comment rater le premier anniversaire de son blog

    C’est très simple, il suffit de ne pas avoir la discipline et la constance nécessaires à la bonne tenue d’un blog. L’irrégularité des billets postés sur ce blog en est la preuve. Alors que ce premier anniversaire aurait dû être un moment de fête avec plein de cadeaux et de soirées VIP pour nos milliers de lecteurs, vous vous retrouvez à lire ce billet sans saveur.

    Je savais en me lançant dans l’aventure qu’il me faudrait de la rigueur. Car si tenir un blog est un plaisir, c’est aussi une contrainte, surtout lorsque le blog a une certaine ligne éditoriale, on ne peut pas y écrire tout ce qui nous passe par la tête.

    Woburn Résidence doit son existence à la collaboration de 2 personnes qui aiment leurs villes respectives et qui se sont données un lieu où elles pourraient en parler. Mais ça n’est pas si facile, en tout cas pour moi. Parce qu’au final, j’aime, j’adore Paris, mais le plus souvent je suis chez moi à ne pas profiter de ma ville. Comme beaucoup de gens je suppose, qui se disent « Ah tiens l’expo truc faut absolument que j’y aille!  » « Ah ça fait longtemps que je ne suis pas allée à la découverte de nouveaux coins, allez hop, je pars en vadrouille ! » Et au final, le quotidien nous rattrape, la fatigue, la paresse, il y a toujours une bonne excuse…

    J’aimerais dire que ce blog va connaître un regain d’activités, je veux y croire. :)



    Facebook Twitter